Donnez de la douceur à votre corps – Rubrique mensuelle du bien-être : octobre 2017

Quelques définitions de douceur

  • saveur douce, agréable au goût,
  • qualité de ce qui flatte les sens : la douceur d’un parfum, de l’air,
  • sentiment agréable : la douceur de vivre, d’aimer,
  • qualité d’une personne qui est calme, bienveillante,

et au pluriel : « douceurs »

  • pâtisseries, sucreries,
  • paroles aimables,

Pâtisseries, sucreries : douceurs

Qualité de ce qui est doux ; agréable, sans heurts : la douceur du velours. Goûter la douceur du soir.

Caractère, comportement doux, affectueux de quelqu’un : traiter un animal avec douceur. Se comporter avec douceur envers une personne semble être la base d’une relation harmonieuse, de même envers un animal.

Notre éducation, notre intégration dans la société passe par des principes de respect d’autrui, des valeurs qui nous permettent de vivre en communauté.

Bien sûr tout n’est pas parfait dans notre vie, alors justement, amusons nous à en tirer des leçons !

Exercice : donnez de la douceur à votre corps

Observez vous au quotidien : au réveil, vous arrive-t-il de prendre le temps de réveiller vos muscles et articulations, de vous étirer, de bailler,
de vous masser la tête, le ventre, les bras, les jambes et le dos ?

Ha, vous n’avez pas le temps me direz vous ! Pourtant vous prenez le temps de faire chauffer votre café ou thé. Pourquoi ?
Tout simplement parce que le café (thé ou autre) froid n’est pas savoureux.

donnez de la chaleur à votre corps

Votre corps aurait-il besoin de chaleur ?

Vous prenez le temps de faire chauffer votre véhicule au démarrage surtout en hiver ? De le garer au garage pour qu’il soit opérationnel le matin ?

Votre corps n’est il pas un véhicule qui mérite de l’attention ?

Comment réagirait-il si vous lui donniez un peu d’attention ?

Peut-être que la recherche d’harmonie n’est pas le but ultime, pourtant je constate dans ma pratique que l’équilibre et le bien être sont plus proches de la douceur que de « il faut, je dois ».

Quand on veut contraindre son corps à ressembler à notre illusion d’idéal, on court le risque qu’il nous réponde avec brusquerie.

Le corps physique a autant besoin de respect que l’esprit.

Le corps est matière et pour cela est respectable, ce n’est pas seulement un « objet » que l’on peut façonner et modeler, c’est aussi notre seul véhicule terrestre.

A un ami nous ne pourrions pas dire ou faire ce que nous disons ou faisons à notre corps. Notre bienveillance envers l’autre est bien plus douce qu’envers nous-mêmes.

Qu’est-ce qui nous pousse à être si injuste, si cynique parfois ? Ah ces genoux qui ne répondent plus ! Ces mains qui se déforment ! Et ce n’est pas toujours une question d’âge.

Qu’est-ce qui nous retient de nous faire du bien, de nous donner de la douceur ? La refuserions-nous à un(e) ami(e) ?